News

News (7)

The 16th century church of Debre berhane Selassie Monastery at Gondar.

Gondar,important places to discover-Stay to visit Gonder,the ancient capital city of Ethiopia in the 16th century.

Friday, 12 June 2020 20:55

Written by

Gondar,important places to discover-Stay to visit Gonder,the ancient capital city of Ethiopia in the 16th century.

The city lies on a flat ridge of mountains located between the Angareb and Qaha Rivers valleys and includes peaks up to 3,000 m above sea level, which decline South wards to Lake Tana. At a distance by air of about 30 km. its position makes the city a strategic and healthy place.Not affected by malaria. Emperor Fasiladas certainly took that fact in to account when   he decided to establish this new capital .He was the first to build his palace here, followed by his successors in the 17th and 18th centuries. The outcome is an extraordinary historic complex that, since then, has been enchanting travelers and visitors with its fabulous beauty and the UNESCO included in the world Heritage List in 1979.

The Name

The Name Gondar would come from guang dara, aworkd that in the language of the Kemant-an Agaw community living north of Lake Tana and west of Takaze River-means’ between two rivers’,the Angareb and Qaha in another story of the name, Gonder originates from the Amharic expression bagon adar, ‘one should reside beside the other’. The sentence pronounces by the community elders to settle a dispute between Wayne and Sayne.

Climate

Gondar’s climate is conditioned by its 2,200 m altitude, with monthly average temperatures that rarely exceed 22 degrees Celsius during the hottest Season of the year, which is between March-May. The main rainy Season is between June and September, with peak rainfall in July and August. The latter are also the coldest months of the year, with averge temperatures around 16 degrees Celsius.

Castle of Fasiladas

This outstanding testimony of 17th and 18th century Ethiopian history was the residence of the founder of Gondar. Emperor fasiladas and his successors .It ranks first among the most important sites of region for the impressiveness of its imperial architecture, which was include in the UNESCO World Heritage list in 1979.. With official name of fasil Ghebbi.

On site

The royal compound in enclosed by stone wall over 870 m long, only part of which is original. The twelve doors opening in to were given evocative names and were sometimes changed during the century. The enclosure designates the compound in the 18th century royal chronicles. The building of defensive enclosure world have started under Emperor Fasiladas and taken the present configuration during the reign of Emperor Iyasu II. Big stone crosses once stood on the top of the towers adjacent to the wall, as reported by French doctor Jacques poncet , who visited the site in 1699,Bruce, in the second half of the 18th century, highlights the fact that compound was encompassed by a substantial stone wall thirty feet high, with battlements up on the outer wall, and a parapet roof   between the outer and inner’ which made the top of the wall, accessible, thus allowing him to ‘go along the whole and look in the street ‘ A walkable tract of the wall between the places of Mentewab and house of the Chief of the Cavalry remains at the northern end of the compound,

History

An ancient royal chronicle of the reign of Fasildas says that the emperor ordered the building of this castle in 1635-36 at the beginning of his reign, which lasted from 1632 to 1667, just after he had chosen Gonder as the new capital of the empire. The construction works were completed at least by 1648, when the Yemenite ambassador Al-Hasan Ibn Ahmed Haymi entered the town and was impressed by what he described as a high building among the most wonderful of splendid construction and the most beautiful of glorious marvels built of stone and lime. The Castle of fasildas is with no doubt the most astonishing expression of Gondarine architectural style that, in fact, the visit to the Fasil Ghebbi continues beyond the Balderas ber exit, because it is only from the road outside the compound that the churches insides it can be reached.

Jan Tekel Addababay

A Perfect starting point for a visit to the southern quarters of the city, the area is located opposite the entrance to the fasil Ghebbi as well as what was once its main gate, the jan Tekel Ber. The square par excellence in Imperial Gonder, it is function as public garden ensures continuity with the past. This was also the place where religions functions and praying ceremonies were held, as, for instance, when a fragment of the Holy Wood of the Cross was exposed in the royal oratory tent pitched in the square in addition to the opportunity for a pleasant rest under the shadow of the historic tree.

Debra Berhan Selassie church

The magnificence of the paintings of what has been nick named the Sistine Chapel of Ethiopia makes visiting this church definitely w worthwhile cultural and visual experiences. One can admire the painted walls and also stand under the eyes of the cherubs starting from the famous ceiling, a particularly affecting experiences, given the special powers that Ethiopian tradition and art attribute to eyes. The church had stone walls so skillfully built that they looked like a dimond, 12 doors, and thatched roof surmounted by golden cross with seven spheres the size of an ostrich egg Most interestingly, we know from the same source that the church measured 100 cubits from east to west and from north to south, and it was circular in plan, not rectangular as the present building’s southern and northern sides are with the utmost probability, the external foundations of the original church.

Bath of fasilada

The places is traditionally associated with the name of Emperor Fasildas, though precise historical evidences of its establishment is lacking, we know for sure that it was already in existence in 1699, when the French doctor poncet described it as a palace near Gonder, where there is a magnificent water basn’ and where the emperor goes with all his court to celebrate Epiphany. The attribution to Fasiladas is plausible ,since already his father ,Emperor susenyos ,had a pavilion built at the center of a water pool in Ganata Iyasus ,near the present Azazo ,in 1625. The bath of Fasiladas pool in kept empty the year round ,except for the extraordinary joyful exception of timkat ,The Epiphany .During the 17th century, emperors came here to celebrate and that perhaps explains the building of this pavilion .one of the most important religious holidays in Ethiopia, Timkat commemorates the baptism of Christ in the Jordan River and is held on 11 Tire in the Ethiopian calendar , a date that time , the pool is filled with the water supplied by the nearly Qaha River. On the eve of the holyday, the tabots of seven Gondar churches are carried here in seven simultaneous procession, on top of priests heads. After they reach the pool, priests say prayer all night long to bless its water, into which the next morning the patriarch plunges a cross to baptize it, as Jesus was baptized in the Jordan. Blessed water is then sprayed on the worshippers, who can then touch the water and even jump into it. The tabots are brought back to their churches on the 2nd and 3rd day after the baptism of the cross. A replica of the palace stands in the Mostra D’Oltremare complex in Naples, Italy, since1940.

Qusquam  

Empress Mentewab founded this citadel in 1730s and made it an architectonic reflection of her famous beauty. She personally supervised the project design and chose many of the exquisite interior decoration of the buildings of this large complex which include the church of Dabra Tsahay (currently known also as Qusquam Maryam) a castle functioning as a residence,a sumptuous adderas or banqueting hall, The site is called after the Egyptian town of koskam ,where, according to Christian tradition,the Holy family rested during the flight into Egypt . Mentewab established Qusquam a few year after her husband, Emperor Bakaffa, had passed away in 1730 and the throne was given, the same year, to her 7-year old ,Iyasu II. It was only from June1771, however ,that the empress chose it as a permanent residence ,after the defeat of Ras Mikael had put an end to her short exile from Gondar .she made Qusquam the center of her political and religious power ,and the decisiveness and intimacy of her relationship with the place emerge from the beginning ,when she wanted her and her son’s graves to be built inside the church .she also wanted the site to be a stronghold, and for this purpose had it encircled by a big wall built with lime and provided with towers. The Scottish explorer James Bruce lived for some time at qusquam court in 1771 and tells us how lively the area was ,with the outer precinct ‘all occupied by soldiers, laborers ,and out –door servants’ ‘principal officers , priests ,and servants’ living in the church’s enclosure,’ ‘noble women ‘ sharing the empress’ premises, and ‘houses of people of quality ‘, usually member of the royal family , behind the place ,higher up the hill’ Qusquams decline began most probably after the death of empress Mentewab in the first half of the 1770s and was hastened by the pillage of the church’s treasure by the army of Emperor Tewodros IIin the 1860s. It was an already ruined landscape that the late -19th –century European travelers described after visiting the site. Nowadays, silence usually reigns in this almost –deserted place, except for the students of the local religious school living in the tiny huts scattered to the south of the external wall that is visible just before the entrance gate.

Wolleka –The Falasha village

The Name designates the Ethiopian Jews, who often reject the term ‘’Falasha” traditionally given to them by the Christians because if it’s pejorative meaning. The name is said to derive from the condition of exile caused by the deprivation of the right to inherit farming and during the reign of Emperor Yeshaq I( 1414-30) during the reign of Yohannes I. the jews were affected by the same discriminatory provision enacted against the Muslims. In fact when the Scottish explorer James Bruce arrived in Gonder in 1770, he found that their village were scattered in the town’s surrounding A mong those villages there most probably was wolleka.

Located about 4km north of the city center, on the road to semien mountains and Aksum, the village of wolleka owes its fame to the Ethiopian Jews-known as Falashas –but more correctly referred to as Beta Israel .The fame of the village remains today, but the Ethiopian Jews lift for Israel in 1991 and since then have been replaced by Christians. This was one of the several Beta Israel villages scattered around Gonder, because social and religious discrimination historically prevented the Jewish people from living in the city. The name walleka, in fact, derives from the Amharic wolek (to stay away), and local tradition says that such was the answer given by Emperor Fasiladas to the Jewish masons when, after completing the construction of his castle in Gondar, they asked him where they could settle. With the massive airlifts organized by the Israeli government during the 1984-85 drought and then in 1991, Wolleka dwellers left behind their rural houses, the graves of their ancestors, and a handicraft tradition that has pottery as its most famous output. Taking advantage of the local availability of clay soil, in fact, the local Christian dwellers have taken over the making of pots, bowls. Jars, candle holders, and figurines, all on display on stands and in workshops alone the road, together with textiles, calabash container, and baskets. Figurines are particularly noteworthy and have acquired increasing popularity outside Ethiopia .Despite their ancient –looking style, historians have found their origin in wolleka in the 1960s, when local Ethiopian Jewish women engaged themselves in the production of small clay dolls, initially modelled on pictures of prehistoric figurines or inspired by everyday life, and later depicting rabbis with scrolls, the lion of Judah, and other elements of the Ethiopian Jewish tradition.

Gorgora

This very Small and quiet lakeside town cannot compete with Bahirdar for importance or dimension but possesses a much more intimate appeal. Moreover. It is the natural gateway to northern coasts and islands of Lake Tana, places rich with art and history where Emperor Susenyos established his first capital, and magnificent churches were built between the 13th and 17th centuries. Despite its beautiful position and the presences of historic monuments such the 13th-century Dabra Sina church and Maryam Gimp, the town of Gorgora is relatively recent and has not yet exploited its significant touristic potential. Infact the town has grown a little since the Italian occupation. The company, established by the Italian Buschi,Kept running the port facilities and what is now the Gorgora port Hotel until their nationalisation in the mid-1970s .Gorgora area, on the contrary, boasts a longer and much more glorious history dating back to the foundation of the Dabra Sina Church and Mandaba Monastery in the 14th century and the establishment of Maryam Gimp by Emperor Susenyous and the Jesuits in the 17th century.

Debra Sina Church

Debra Sina Church was founded during the reign of Emperor Amda seyon (1314-44) by himself or by AbuneTomas Tradition says that Amda Seyon had the church built after he had defeated the four bandits who were terrorizing the area it also says that the church builders went Zage peninsula to buy the twelve wooden poles now surrounding the maqdas, but when they came back after having managed to buy only eleven them, they realized that the twelfth had followed them a cross the lake. The first and still sole tabot is dedicated to St. Mary, while the church bears the name of Mount Sinai. According to local history,the church building is original and apart from the roof, well plastering   and other minor interventions,

Mandaba monastery

According to local history, The church was founded in 1320 or 1321, during the reign of Emperor Amda seyon , by Abuna yasay ,who came from Northern shewa (see Birgida Island) since its establishment, the church has been dedicated to Medhane Alem (the saviour of the world). Tradition says that the name Mandaba was given to the monastery because Abuna Yasay came to the island transported by a stone tanqwa and the local people were so impressed that they called him man ende Abba (nobody can do like Abba). The stone tanqwa, with its gifgif (see Bahir Dar, Wayto community), can be seen inside the church compound, near the northern door. In the 17th century, local tradition says, Emperor Fasiladas had the maqdas and qiddest rebuilt to enlarge the church, and since then only the outer wall and the roof changed. A spiritual force would have hindered Ahmad “the Gragn” from destroying the church .today, the monastery hosts 62 monks and priests.

EN PRATIQUE

Friday, 13 March 2020 06:59

Written by

Saveurs ÉdA LOCALES

Friday, 13 March 2020 06:57

Written by

Et comme si les richesses historiques, architecturales, religieuses et naturelles ne suffisaient pas, l’Éthiopie ravit aussi grâce à sa cuisine savoureuse et colorée. Impossible de passer à côté de cette étape incontournable du voyage qui permet de renforcer encore les liens humains entre locaux et touristes. Le plat typique par excellence, c’est l’injera, une grande crêpe faite à base de farine de teff, céréale qui ne pousse que dans cette partie d’Afrique de l’Est. Les Éthiopiens en consomment pratiquement à tous les repas. C’est la base de leur alimentation. L’injera est posée dans le fond du plat, servant d’assiette. Elle est accompagnée de différentes « sauces », plus ou moins piquantes,à base de lentilles (notre photo), de pois chiches ou de légumes comme les pommes de terre, choux, betteraves. Si les végétariens sont au paradis, les amateurs de viande ne sont pas en reste avec de nombreuses spécialités à base d’agneau. Ces différentes préparations sont mangées à l’aide de l’injera, toujours avec la main droite.
Un bon buna Autre coutume locale très importante : la cérémonie du café. Que ce soit dans les hôtels, devant les maisons particulières ou dans les restaurants, on retrouve inévitablement un petit autel, posé sur une paillasse verte (symbolisant la fertilité). De l’encens – une autre spécialité locale – parfume les lieux.
Chaque geste compte. Les grains de café, encore verts, sont torréfiés, puis broyés et infusés sur place. Ces rites permettent aux Éthiopiens de se retrouver à tout moment de la journée autour d’un bon buna (prononcez bouna). L’Éthiopie est le septième producteur mondial de café.

VOYAGER AVEC DE jeunes enfants

Friday, 13 March 2020 06:55

Written by

Partir dans un pays comme l’Éthiopie avec des enfants peut faire peur, mais c’est en fait une grande chance. Ils permettent un contact privilégié avec la population locale.

Qu’y a-t-il de plus spontané qu’un enfant ? Sur les routes éthiopiennes, leur naturel est un véritable atout pour entrer en contact avec les ethnies locales. Véritables mascottes, ils permettent de vivre le pays autrement, au plus près de ses habitants. Sur leur passage, les visages s’illuminent. Les leurs et ceux de tous ceux qu’ils croisent…
Une destination adaptée Si l’on respecte les précautions habituelles, l’Éthiopie est un pays plutôt sûr. La situation est généralement calme dans les villes et les régions importantes du pays et notamment dans le nord. Une région indiquée lorsque l’on voyage en famille. En effet, malgré l’altitude (minimum 1 800 m), le climat des hauts
plateaux de l’Abyssinie reste relativement tempéré. En outre, l’éventail des activités proposées permet à toute la famille d’en profiter au maximum. À noter que pour les randonnées, il est possible d’être accompagné par une mule ou un cheval afin de soulager les petites jambes fatiguées et d’animer le trekking.
Opter pour une agence locale L’Afrique, colorée et bouillonnante est un véritable spectacle. Et l’Éthiopie
n’échappe pas à la règle. Que du contraire ! Avec tant de choses à voir et à vivre, la fatigue peut se faire sentir. C’est sans doute ce qui peut être le plus difficile à gérer avec de jeunes enfants. Voilà pourquoi il est idéal de passer par une agence locale pour préparer le voyage. Celle-ci pourra vous concocter un parcours adapté à vos envies et à l’âge de tous les membres de la famille. Sur le terrain, grâce à un guide expérimenté, il sera même possible d’adapter le programme aux aléas du voyage.
Une empreinte indélébile Éléanor et Baptiste ont respectivement 6 ans et 2,5 ans. C’est leur premier grand voyage. Sans doute pas le dernier. Au fil des jours, ils ont apprivoisé l’Afrique. L’ont aimée. Ils rentrent d’Éthiopie avec des étoiles plein les yeux. Ils en sortent grandis. Cette expérience restera gravée au plus profond de leur être, gage d’ouverture aux autres tout au long de leur vie. Ils garderont à coup sûr en eux ce morceau d’humanité partagée.
AUDREY RONLEZ
VOYAGER AVEC DE
Partir dans un pays comme l’Éthiopie avec des enfants peut faire peur, mais c’est en fait une grande chance. Ils permettent un contact privilégié avec la population locale. jeunes enfants
ÉdA
Ton Rêve Éthiopie est une agence sérieuse et accessible qui vous assistera dans la création de votre voyage. Son directeur, Assefa Asrat, parle parfaitement français. Infos : www.tonreveethiopievoyage.com

TOUTES LES RICHESSES de la nature

Friday, 13 March 2020 06:55

Written by

À côté des nombreux sites reconnus par l’Unesco au Patrimoine immatériel de l’Humanité (voir ci-contre), l’Éthiopie peut compter sur plusieurs parcs naturels à couper le souffle.

Au fil des kilomètres parcourus, l’Éthiopie se dévoile. Depuis le minibus, des paysages plus époustouflants les uns que les autres se succèdent. De quoi découvrir à la sauvette des instants de vie qui se trament au bord des routes et percer les spécificités de chacune des régions traversées. Tantôt, les maisons de bois et torchis font place aux habitations de pierre et de tôle. Ici, ce sont des champs à perte de vue ; là, c’est la roche qui domine. Les couleurs passent du rouge au vert sans crier gare. Le relief s’accentue jusqu’à arriver sur les hauts plateaux éthiopiens où la nature a tous les droits. Surtout celui de nous émerveiller.
Parc national du Simien Qualifié comme l’un « des paysages les plus spectaculaires au monde », le parc national du Simien (qui signifie « nord » en amharique) a été créé en 1969 en vue de protéger les espèces endémiques qui le peuplent. Inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, ce site est le résultat d’une intense activité volcanique vieille de dizaines de millions d’années. Ces gorges vertigineuses, pics et autres plateaux mériteraient à eux seuls le voyage en
Éthiopie. Des paysages incroyables qui cachent une biodiversité exceptionnelle. Parmi les espèces emblématiques de ce parc national, on retrouve le loup d’Éthiopie et l’ibex walia (une espèce de bouquetin), tous deux parmi les espèces les plus menacées au monde. Plus facilement visibles, les babouins gélada (médaillon) se laissent appro
cher par l’être humain, et ne se montrent ni agressifs, ni voleurs. Ils sont à peu près 5 000 au sein du parc national du Simien et se baladent en colonie de 100 à 200 individus. Par ailleurs, il est possible d’observer en ce lieu magique plus de 180 espèces d’oiseaux, dont six endémiques.
C’est à pied qu’il vaut mieux découvrir cet écrin. Il existe des randonnées pour tous les niveaux et de toutes les longueurs (d’un trek de 2-3 h à plusieurs jours), mais quelle que soit la durée de la balade, vous devrez être accompagnés au minimum d’un ranger armé (pour vous défendre d’éventuelles bêtes sauvages ou simplement vous indiquer les plus beaux panoramas) et/ou d’un guide local en fonction de la taille du groupe.
Le lac Tana et le Nil bleu Dans un tout autre registre, le lac Tana invite à la détente. La plus grande étendue d’eau d’Éthiopie se trouve à 1 800 m d’altitude. Diverses excursions sur le lac permettent de rallier les monastères cachés sur de petites îles au large de la ville de Bahir Dar. Le lac Tana est la source du Nil bleu, (affluent du Nil). C’est d’ailleurs à l’intersection du lac et du fleuve que vous pourrez observer des hippopotames au soleil couchant. Un spectacle inoubliable. Des chutes se cachent aussi le long du Nil bleu. Si, à la saison sèche, celles-ci sont moins impressionnantes qu’aux mois de juin, juillet et août, elles valent le détour, comme la végétation luxuriante aux alentours.

À LA DÉCOUVERTE DE l’Éthiopie

Friday, 13 March 2020 06:53

Written by

Encore méconnue, l’Éthiopie recèle de nombreuses richesses sur le plan tant culturel que naturel. Mais sa plus grande force réside certainement dans la chaleur de ses habitants.

Bien loin des images de la famine des années 80 qui restent encore dans tous les esprits, l’Éthiopie, verte, montagneuse et colorée, gagne à être connue. Outre ses paysages à couper le souffle, c’est certainement la diversité des lieux à découvrir qui fait la force de cette perle de l’est africain. Au cœur de la vallée du Grand Rift, ce qui est considéré comme le berceau de l’humanité (on y a notamment retrouvé Lucy, célèbre fossile australopithèque), étonne. Par son patrimoine historique et religieux, d’abord. On ne compte plus les sites classés par l’Unesco au patrimoine mondial et les églises aux fresques millénaires, toutes mieux conservées les unes que les autres grâce au climat assez sec de l’Éthiopie et à la bonne qualité de la pierre dans laquelle sont taillés les édifices religieux. Des vestiges qui donnent une réelle valeur intemporelle à ce pays hors du commun qui a vu naître le Christianisme à Axoum (IVe siècle), alors au centre des empires byzantin et romain. Un des lieux incontournables lorsque l’on choisit de visiter la partie nord du pays, principalement dédiée aux circuits touristiques entre histoire et trekking.
Une majorité de chrétiens Hors les murs séculaires, c’est la ferveur sans faille des Éthiopiens qui donne vie à ces édifices nichés au cœur des montagnes. Une localisation toute choisie pour être au plus près de Dieu. À noter que près de 55 % des citoyens sont chrétiens (45 % orthodoxes et 10 % protestants), 35 % musulmans et les 10 % restant se partagent principalement entre les animistes (8 %) et les autres religions (2 %). En plus de toutes ces ressources, c’est sans doute la richesse humaine qui est la
plus belle à partager. Des sourires qui réchauffent les cœurs et restent longtemps gravés dans les mémoires.
Une véritable fierté nationale L’Éthiopie peut compter sur des citoyens heureux de rencontrer les voyageurs de passage, peu nombreux à vrai dire. Ils sont non formatés au tourisme de masse. c’est la fierté de leur pays qui domine. Et notamment la fierté de n’avoir jamais été colonisés (juste occupés par l’Italie fasciste entre 1936 et 1941). Tous semblent mus par l’envie de partager leur mode de vie à qui veut
le découvrir. Sans rien attendre en retour. Bien sûr, au vu de la pauvreté qui touche une bonne partie de la population, toutes les aides sont les bienvenues. Mais n’est-il pas plus agréable de donner lorsque l’on s’en sent totalement libre ? En Éthiopie, rien que le fait d’être présent semble suffire. C’est d’ailleurs ce qui permet à l’économie locale de se développer, du petit cireur de chaussures aux serveurs dans les restaurants et autres hôtels. Des établissements que l’on trouve dans toutes les gammes de prix et qui offrent tout le confort nécessaire pour voyager en toute sécurité.

article a propos de l' agence

article a propos de l' agence

Monday, 16 April 2018 09:28

Written by

Ton Rêve Voyage Ethiopie, un réceptif comme on les aime !

Assefa et Sineshaw, deux frères, amoureux de leur pays et du tourisme. L’un : guide accompagnateur francophone pendant plusieurs années dans des réceptifs locaux à Addis Abeba. L’autre : fonctionnaire dans les ambassades. Puis, en 2014, les deux frères s’associent et se lancent dans l’entreprenariat. Ils créent leur propre agence réceptive au nom évocateur : Ton Rêve Voyage Ethiopie, un réceptif comme on les aime !

Ils sont ambitieux : des guides et des sites touristiques les plus connus les référencent rapidement. Le Guide du Routard, Le Petit Fûté, Trip Connexion, …. Et les clients, individuels ou en groupe ne tardent pas d’arriver. Beaucoup trouvent Ton Rêve Voyage Ethiopie par le bouche à l’oreille, ou par Internet. Quelques tour-opérateurs et agences en France et en Suisse, leur envoient des groupes…

Petit à petit, Assefa et Sineshaw créent un réseau étendu d’hôteliers et des lodges partenaires, des sous-agences réceptives situées dans les différentes parties du pays, achètent des minibus, embauchent des salariés… Et ça roule !

Une équipe au top

C’est vraiment une belle équipe que celle de Ton Rêve Voyage Ethiopie. Une dizaine de personnes, dévouées à satisfaire au maximum les touristes allemands, belges, français, suisses… Des touristes venus pour découvrir et s’émerveiller d’un pays à richesse époustouflante et que l’on connaît si peu.

C’est une équipe francophone, à commencer par Assefa et Sineshaw qui maîtrisent parfaitement bien le français. Mais aussi, bien sûr, anglophone.

Le bureau de Ton Rêve Voyage Ethiopie est à Addis Abeba, la capitale éthiopienne haute en couleur. A 2 500 mètres d’altitude, c’est une ville qui bouillonne. Ses 4,5 millions d’habitants

Une offre de circuits riche et variée

Avant de créer Ton Rêve Ethiopie Voyage, c’est en tant que guide qu’Assefa s’est frotté aux différents types de circuits, organisés dans tous les coins de son pays. Culturels, religieux, nature, sportifs, ethnologiques, d’aventure… la palette est vaste. Il connaît aussi bien les voyages en individuel qu’en petit groupe de 4 à 18 touristes. Ou encore en groupes plus grands, allant  jusqu’à 50 passagers. Des groupes envoyés par des tour-opérateurs Club Aventure, La Maison de l’Afrique, Terre d’Aventures, Voyageurs du Monde…

La grande spécialité de Ton Rêve Ethiopie Voyage ce sont les voyages à empreinte culturelle, particulièrement dans la partie Nord de l’Ethiopie. Mais le réceptif organise aussi des circuits ethnographiques, de découverte des somptueuses flore et fauna éthiopiennes, des randonnées… aux quatre coins du pays. Assefa connaît du bout des doigts son pays. Il peut bâtir des programmes très variés et accueillir dos clients quels que soient leurs centres d’intérêt.

Vos clients sont des mordus de la culture et de l’ethnographie ?

Ça tombe bien car l’Ethiopie est un pays qui va les régaler tellement sa richesse du point de vue historique, culturel et ethnographique est étonnante.

Ton Rêve Ethiopie Voyage est le spécialiste des voyages culturels qui peuvent combiner plusieurs composantes :

  • Expéditions ethnologiques dans la vallée de l’Omo. Aller à la rencontre des groupes ethniques comme Arboré, Hamar, Mursi, Karo…dont le contact au monde moderne remonte à peine à seulement 20-30 ans ! C’est dans le sud-ouest de l’Ethiopie que se trouve la vallée de l’Omo où habitent ces ethnies rares, dans des villages traditionnels, en dehors du temps moderne. Comme le peuple Dorzes, célèbre pour leur habitat en bambou de plus de 12 m de hauteur, et le travail du tissage. Leur mode de vie simple est basé sur l’agriculture et la confection de draps en coton (chamma). Ou encore le peuple Mursi dont les femmes surtout suscitent l’étonnement des touristes avec leurs ornements de plateaux d’argile insérés dans les lèvres et lobes. 

Vos clients souhaitent faire un voyage religieux ?

Ça tombe bien ! Assefa est l’homme à contacter pour organiser des séjours dans le cadre des célébrations des fêtes religieuses comme le Timket (Epiphanie Ethiopien, le 19 Janvier) et la fête de Guenna (le Noël éthiopien, le 7 Janvier).

Il faut savoir que la fête religieuse la plus importante d’Éthiopie, c’est Timket, l’Épiphanie. La célébration du baptême du Christ donne lieu, pendant plusieurs jours, à de nombreuses manifestations à travers tout le pays. Vêtus de robes blanches, des milliers de fidèles et d’ecclésiastiques défilent dans les rues.

Les festivités sont particulièrement belles à Addis-Abeda, Gonder et Aksoum. 

Voici un petit aperçu de la célébration de Timket en 2018, commenté par Assefa :

Mais Assefa peut aussi organiser des rencontres avec les différentes communautés locales à Addis Abeba, ainsi que dans des villes au Nord de l’Ethiopie :

  • discussions avec des chefs d’églises orthodoxes, prêtres et diacres, évêques et archevêques
  • discussions ou conférences avec des prêtres et responsables d’églises catholiques, des évêques et archevêques catholiques, ainsi qu’avec des chefs des O.N.G catholiques travaillant en Ethiopie.

Vos clients sont à la recherche des randonnées sympa ?

Le choix est immense, tant le pays est vaste, grand comme la France et l’Espagne ensemble, et les possibilités sont nombreuses : 

  • Découverte des déserts et des volcans de l’Erta Ale et du Dallol
  • Trekkings et circuits animaliers dans les parcs de Simiens et de Bale

Il faut savoir que l’Ethiopie compte 24 parcs nationaux d’une richesse de la flore et de la faune exceptionnelle. 

Vos clients sont des cultureux, des sportifs, des amoureux de la nature, ils veulent le tout !

Assefa peut faire des excursions en combinant un circuit culturel + des randonnées + des visites des villages traditionnelles + des visites des coopératives de tissages, poteries et de vannerie etc.

Des excursions qui peuvent durent parfois jusqu’à 3 semaines pour une immersion et dépaysement garantis.

Que des clients satisfaits

Les clients de Ton Rêve Ethiopie Voyage viennent d’Allemagne, Belgique, France, Suisse. C’est par le bouche à l’oreille ou par internet qu’ils découvrent Ton Rêve Ethiopie Voyage. Ou encore ils sont envoyés par des agences ou tour-opérateurs en Europe.

Voici quelques témoignages récents : 

  • Bernard et Régine Le Jaloux (France) : « Excellent voyage, nous garderons un très bon souvenir ! Assefa a su nous faire aimer son pays. Tout a été bien organisé ! Inoubliable ! »
  • Patrick Laurendeau (France) : « Un très bon voyage ! Excellent souvenir. Je ne manquerai pas de recommander Ton Rêve comme agence très professionnelle. Un voyage inoubliable, avec un guide très professionnel. Véhicule de bonne qualité. Ton Rêve est une agence que je conseille à toute personne voulant visiter l’Ethiopie, un pays de grandes richesses… ».
  • Kaii Hoffman (Allemagne) : « Très bon parcours pour voir les meilleurs sites. Merci beaucoup ! »
  • Christiane Chabannes (France) : « Ce voyage est absolument magnifique à tous points de vue. Paysages à couper le souffle. Nous étions parfaitement bien accompagnés par notre guide. Voyage à faire absolument. »
  • Patrick Lebee (France) : « Nous avons longuement discuté avec Assefa tout au long du circuit, nous garderons un excellent souvenir de ce voyage que nous espérions depuis longtemps.
  • Thérèse Renault (France) : « Merci à Fitsum qui est un excellent guide, amical, respectueux et plein de ressources. Ce voyage a été un vrai bonheur à tous points de vue, humain avant tout par la rencontre et la complicité amicale entre Fitsum et nous quatre, la découverte de ce si beau pays et de sa population. Pays plein d’humanité et d’espérance. Nous ne nous sommes jamais sentis en insécurité grâce à la vigilance de Fitsum et des différents chauffeurs. Merci à chacun d’entre vous ! »

L’Ethiopie : quelques faits incontournables à savoir

L’Ethiopie est un pays peu connu encore en Europe. Cela peut se comprendre : des préjugés persistent quant à la sécurité et à la stabilité politique. Je dis bien des préjugés car le pays évolue et politiquement, et économiquement. Avant de partir, on vérifiera bien sûr les actualités et l’avis du Ministère des affaires étrangères, et si tout va bien, on y va ! Car il faut dire que c’est un pays d’une richesse et d’une authenticité uniques que nous, européens cherchons tant.

Situé dans la corne de l’Afrique, tout près de la Mer Rouge et du Golfe d’Aden, le pays n’a pas d’accès à la mer. Mais il a tant d’autres merveilles à voir. Des paysages à couper le souffle, des déserts et des volcans, ds parcs nationaux…

Voici quelques faits à retenir :

  • L’Ethiopie, c’est le pays de Lucy. C’est ici que l’on découvre, en 1974, l’australopithèque la plus célèbre du monde. On peut voir la réplique des ossements de Lucy au Musée National à Addis-Abeba en Ethiopie.
  • La faune en Ethiopie est exceptionnelle. Il existe ici plusieurs espèces rares ou endémiques, comme le loup d’Abyssinie

TON REVE TOUR AND TRAVEL PLC

Near to Bole 17 health Center, (ATZ building 5th Floor 505)

(+251) 937 79 28 30

(+251) 911 99 64 43

Business License No: BL/AA/14/673/603368/2009

This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

 

Petit Futé

TON RÊVE TOUR AND TRAVEL

Ton Rêve Tour and Travel est une agence de voyage (tour-opérateur) basée à Addis Abeba, qui a été créée par deux frères francophones, anciens élèves du Lycée Franco-Ethiopien d’Addis Abeba, read more...

we accespt visa cards

frendeites