Attractions naturelles

Parcs nationaux

Crées sous le règne de Haïlé Sélassié, les parcs nationaux ont beaucoup souffert des méfaits collatéraux de la guerre civile et des années d’inaction qui ont suivi.Aujourd’hui, l’Ethiopie semble prendre conscience de la richesse de sa biodiversité et tente de restructurer ses espaces protégés par des mesures de protection plus strictes, la réintroduction d’espèces, le développement d’infrastructures touristiques et l’implication de sociétés étrangères, notamment sud-africaines, pour une meilleure gestion des parcs. Alors que de nouveaux projets sont en cours d’étude dans les provinces du Gondar et du Welo, dix parcs nationaux et trois sanctuaries sont actuellement accessible à la visite.

Parc national du Mago         

Situé a 770 km au sud-ouest d’Addis-Abeba, sur la rive est de l’Omo, le parc est d’accès difficile voire impossible en saison des pluies. La superficie du parc est  de 2162 km2 à une altitude ne depassant pas les 450 m. La température y est élevée et les précipitations surviennent de mars à mai puis d’octobre à décembre.  En ce qui concerne la faune, parmi les 153 espèces d’oiseaux et les 53 espèces de mammifères, éléphants, guépards, girafes et buffles – pour lesquels a été notamment crée le parc – se font plutôt discrets. La mouche tsé-tsé reste sans doute l’animal le plus redoutable que l’on est sur de devoir affronter ! Pour ceux qui sont intéressés à visiter ce parc, l’accès au villages mursi et karo nécessite au minimum deux jours, avec une nuit passée dans le parc. Son exploration fait partie de tous les circuits de la vallée de l’Omo proposés par les tour-opérateurs.

Parc national des montagnes du Siemen

Situé à 760 km au nord d’Addis –Abeba (2 heures de Gondar), le parc du Siemen est accessible toute l’année , 179 km2 entre 1900 et 4543 m, couverts en altitude d’une végétation afro-alpine dominée par la bruyère. Le parc abrite 3 espèces phares de la faune éthiopienne :l’Ibex Walia, le loup d’Abyssinie et le babouin gélada. Le ciel est dominé par les grands rapaces dont l’impressionnant gypaète barbu. Pouvant s’étaler de 1 à 9 jours en excursion pédestre, la découverte du parc peut être organisée depuis Addis-Abeba ou Gondar.

 

 

 

Parc national des montagnes du Bale

4oo km au Sud-ouest d’Addis-Abeba, il est accessible toute l’année. 2400 km2 s’étageant entre 1500 et 4377 m d’altitude, et recouvrant une végétation de type alpine et la vaste forêt pluviale de Herenna. Principal refuge du Nyala, on y rencontre aussi le loup d’Abyssinie, le caracal, et parfois le léopard.64 espèces de mammifères et 220 sortes de volatiles peuplent des habitats très divers. En outre, 1 des 23 espèces endémiques d’oiseaux éthiopiens vivent là. Les excursions au départ de Dodola ou de Dinsho peuvent durer de 2 à 10 jours, voire plus. Une route au départ de Robe traverse le parc, ce qui rend des lieux riches en faune sauvage facilement accessibles. La saison idéale, de décembre à janvier est aussi la plus fraîche et les températures nocturnes sont souvent négatives. Le reste de l’année est plus ou moins pluvieux, ce qui n’interdit pas les excursions mais les rend souvent pénibles.

 

Parc national du Nechisar

Ce Parc est situé à 500 km au sud d’Addis-Abeba. Une nouvelle réglementation pourrait entrainer des fermetures temporaires après les fortes pluies. Le parc s’étend sur 514 km2. Il est couvert d’une vaste plaine d’herbe jaune bordée de collines boisées jusqu'à 1650 m et comprend une partie des lacs Abaya et Chamo. Koudous, bubales de Swayne, gazelles et zèbres de Burchell se partagent, entre autres animaux, ces territoires. La forêt abrite diverses espèces de singes et 188 d’oiseaux dont 2 endémiques. Les excursions d’une journée s’organisent depuis la ville d’Arba Minch, qui jouxte le parc dans lequel le camping est autorise. La majeure partie des précipitations a lieu de mars a mai, puis en septembre et octobre.

 

 

 

Faune et flore

De par son isolement, sa topographie accidentée très particulière et la diversité climatique qui l’accomagne, l’Ethiopie est un véritable havre pour la biodiversité, ou – devrait-on dire- a été, car les activités humaines plus ou moins anarchiques (agriculture, déforestation, braconnage, guerres, déplacement de populations) ont porté un sérieux préjudice à cette architecture écologique au sein de laquelle plusieurs espèces animales(lions, rhinocéros, éléphants notamment) et végétales ont eu particulierement à souffrir.Néanmoins, à l’heure où le Kenya tire sa renommée de l’importante population de ses grands mammifères, l’Ethiopie a une sérieuse carte à jouer sur sa diversité écologique qui a la particularité de compter de nombreuses espèces endémique. Les véritables sanctuaries de cette vie sauvage se trouvent majoritairement là où la pression humaine sur l’environnement est restée faible ou nulle, en raison d’une accessibilité difficile ou d’un climat hostile. C’est donc essentiellement vers les hauts sommets des massifs du  Balé, de l’Arsi et du Siemen, et les basses terres moins fertiles, que botanistes et passionnés de vie sauvage doivent porter leur attention, avec l’espoir raisonnablement fondé de découvrir des espèces non encore répertoriées.Les régions humides et les lacs de la vallée du Rift sont également des lieux privilegiés pour l’observation de la vie animale.

Les  espèces endémiques emblématiques sont:

-Nyala de montagne. Cette  espèce d’antilope vit à des altitudes supérieurs à 3000m, son habitat se confinant aux zones alpines des massifs de l’Arsi et du Balé.

-Loup du Siemen. Egalement appelé chacal rouge ou renard d’Abyssinie, il vit dans les régions alpines entre 3,000 et 4,500m d’altitude.Aujourd’hui rare dans le massif du Siemen, on le rencontre plus facilement dans les montagnes du Balé, en particulier sur le plateau de Sanetti.

-Ibex Walia.Cette espèce de bouquetin qui a frôlé l’extinction reste encore l’animal le plus menacé d’Ethiopie.On le trouve sur les parois rocheuses et escarpées du Siemen.

-Babouin gelada. Poétiquement baptisé”babouin au Coeur saignant” en raison d’une tâche pourpre caractéristique qui illumine son poitrail à la fourrure épaisse, le gélada est un singe pacifiste largement répandu sur les hauts plateaux. On le rencontre très facilement dans le Siemen où il évolue en horde de plusieurs dizaines d’individus.

Marquée par un fort endémisme, la fore éthiopienne est d’une diversité extraordinaire mais encore peu connue. Durant la période de floraison, en septembre et octobre, de véritable tapis de fleurs jaunes couvrent les campagnes. Appelées “ fleurs de Masqal” (adey abeba, en amharique), en honneur à la fête de la Croix célébrée à cette époque, elles sont le symbole de la flore éthiopienne, annançant le retour de la période sèche et le temps des moissons. Certaines fleurs qui poussent sur les hauts plateaux sont communes à d’autres zones au climat tempéré, comme les mourrons, de couleur rouge ou bleue. Plus en altitude et particulièrement répandus dans le Balé, l’aloès, plante à petites clochettes, et le knifolia foliosa, en forme de flambeau, déploient leurs couleurs rougeoyantes. Caractéristique des zones habitées de moyenne altitude, l’euphorbe, une sorte de cactus à la structure de candélabre, est souvent utilisé en guise de clôture autour des maisons ou des champs.Les régions de montagne sont caractérisées par une végétation de bruyères de la famille Erica, parsemée de nombreuses fleurs multicolores endémiques et  d’immortelles et dominée par la lobélie géante.Les forêts, partuculièrement denses dans le Sud-Ouest et dans le massif du Balé, comptent une grande diversité d’essences, parmi lesquelles le ficus, le Cipresus, le Hagenia abyssinica appele kosso, ou le Juniperus. L’mposant figuier sycamore ou le tulipier de Gambie, reconnaissable à ses grosses fleurs orangées, sont également des essences communes. Dans les régions plus arides, l’acasia est le dernier arbre à résister au milieu d’une végétation arbustive dominée par le Balatines aegyptica aux impressionnantes épines. L’acclimatation de nombreuses espèces végétales européennes fait d’Addis-Abeba une capitale très fleurie, dominée par l’omniprésent eucalyptus, essence elle aussi introduite et qui a rapidement proliféré

TON REVE TOUR AND TRAVEL PLC

Near to Bole 17 health Center, (ATZ building 5th Floor 505)

(+251) 937 79 28 30

(+251) 911 99 64 43

Business License No: BL/AA/14/673/603368/2009

This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

logo for

LIENS IMPORTANTS

TON RÊVE TOUR AND TRAVEL

Ton Rêve Tour and Travel est une agence de voyage (tour-opérateur) basée à Addis Abeba, qui a été créée par deux frères francophones, anciens élèves du Lycée Franco-Ethiopien d’Addis Abeba, read more...

we accespt visa cards